Dernier jour en Ecosse (été 2013) – Réserve de Fowlsheugh à Crawton / Stonehaven

Voilà, ça y est, c’est le moment de publier le dernier post sur notre séjour de cet été dans les îles Shetland. En fait, il s’agit de notre dernière escale avant de reprendre un dernier avion à Aberdeen pour rentrer à Paris.
Du coup cela se passe en Ecosse et non dans les Shetland…

Il faut dire que cette réserve est un petit Graal pour nous. En effet, lors de nos 2 précédents séjours en Ecosse, nous avions prévu d’y faire un tour au cas où.

Malheureusement, la première fois nous avions eu le temps mais nous n’avons pas réussi à trouver le site de la réserve. Nous connaissions son nom « Fowlsheugh » (qui signifie « falaise à oiseaux » en écossais), sur les forum, elle est aussi connue sous le nom de Stonehaven qui est en fait la « grande » ville au nord du site mais qui est à 10km du site!!!
Bref, la réserve était introuvable!

La seconde fois, nous n’avons pas eu le temps de nous y rendre.

Mais cette fois-ci, nous avions l’info qu’il nous fallait: la réserve se trouve au bout de la route qui va vers le bourg de Crawton.

KML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Fowlsheugh NNR

chargement de la carte - veuillez patienter...

RSPB Fowlsheugh: 56.912540, -2.197566
marker icon
icon-car.png Fullscreen-Logo KML-Logo
RSPB Fowlsheugh
Crawton, Royaume-Uni

 

Donc, la veille au soir, nous avons un peu exploré l’endroit pour réfléchir aux meilleurs endroits où s’installer.
Une fois sur place, nous nous rendons compte que la réserve est immense!
Il y a plusieurs zones, les plus éloignées du parking comportant quelques couples de macareux. Mais ce n’était pas notre objectif vu que les îles Shetland nous avaient gâtées côté macareux!

Non, ce qui nous intéressait, c’est les colonies de mouettes tridactyles, de pingouins Torda et de guillemots de Troïl! Donc, là ça se passait dans le premier kilomètre près du parking.
Nous avons donc pu consacrer notre dernière matinée à la réserve. Je ne sais pas si c’était l’idée de devoir prendre l’avion dans l’après-midi ou pas, mais Anne-Marie semble avoir eu du mal à se concentrer… Du coup, en digiscopie, très peu de photos nettes…
De mon côté, ce ne fut pas non plus une séance facile. En fait, je m’étais habituée au vol et au cycle répétitif d’envol et d’atterrissage des macareux.
Et bien avec les Tordas ou les guillemots, ce n’est pas du tout pareil! Peu de signes avant coureur d’un futur décollage, ou en tout cas, pas les même…

La lumière assez douce de la matinée a été fort agréable, et quelques photos nous font bien plaisir. On espère qu’à vous aussi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.